facebook twitter google plus

DALF

C2: Parlez-moi de la France !

Jeudi, 05 Janvier 2017 12:11 / Écrit par /

Dans son livre « Parlez-moi de la France » Michel Winock

propose une réflexion sur la France et dans les derniers chapitres

des éclairages sur les causes du mal-être français actuel.

 

 

Chapitre 27  Où est passé l’ennemi ?

Michel Winock s’interroge sur la nécessité des Français de se trouver un ennemi commun. Il montre que l’antipathie s’est affirmée historiquement contre les Anglais (jusqu’à l’Entente cordiale de 1904), contre les Allemands, par un antiaméricanisme et aujourd’hui par l’islamophobie. « Si l’immigration arabe est aujourd’hui une obsession intérieure pour beaucoup de Français, l’ensemble des pays musulmans est considéré par eux comme le principal ennemi potentiel extérieur. » (p.272)

Il évoque la transformation des sentiments français à l’égard des peuples : « Les Britanniques restent à nos yeux une espèce exotique, insulaires impénitents, mauvais coucheurs dans le grand lit de l’Europe, mais qui forcent notre sympathie… »(p.273) et les Allemands sont « devenus les alliés privilégiés dans la construction européenne » (p.274) quant aux Américains, il faut être reconnaissants d’avoir été sauvés par eux de la nazification et de la stalinisation. Il faudrait en finir avec les délires contre les autres nations, car le « mal est entre nos murs », en finir avec l’américanophobie : « Mais l’Amérique est la fille de l’Europe, peut-on se définir contre son enfant ? » (p.287)

Chapitre 28  Notre maladie endémique

« La France va mal dans sa tête parce qu’aucun modèle de civilisation post-industrielle ne s’impose encore. Toutes les idéologies de progrès se sont effondrées, libéralisme aussi bien que socialisme. La peur du lendemain domine les esprits. D’où s’ensuivent les conduites de fuite, la recherche de boucs émissaires ; le vote protestataire, la défiance envers la classe et le système politiques, la tentation de l’enfermement sur soi et la promotion funèbre des tristes hérauts du nationalisme… » (p.298).

Or la France est un pays en paix depuis la fin de la guerre d’Algérie en 1962. L’économie et la qualité de vie sont en progrès même s’il reste le chômage, l’immigration, la criminalité, la peur de l’avenir… Les Français, d’après Michel Winock souffrent du « frenchbashing », ils sont moroses, pessimistes et sentent que la France est en déclin. « Le vieux dada du déclin hante notre pays, à tous les niveaux d’intelligence et d’activité » (p.290). Nous serions dans une période sans grandeur. Pour l’auteur, il y a une prise de conscience des difficultés dans cette période actuelle de transition qui ne doit pas aller jusqu’au catastrophisme qui serait cultivé par certains, les médias (moyens d’information et de désinformation permanents), les hommes politiques et « l’écrivain, toujours porté à flatter le passé contre un présent invivable » (p.293). Pour l’auteur, s’inquiéter de la santé de son pays est une préoccupation normale en démocratie, parce que de « tous les régimes, c’est le plus fragile et le plus exigeant » (p.294). Il conclut sur la métaphore de la Bourse, au quotidien on a l’impression qu’elle baisse alors qu’annuellement, elle ne cesse de monter ; c’est pareil pour la santé de la France.

Chapitre 29  La fraternité au rancart

L’auteur se demande ce qu’il manque alors aux Français pour se sentir moins moroses, puisqu’ils ont la liberté, l’égalité, ce serait peut-être alors la fraternité ? Il remarque également que les notions ont changé, autrefois la liberté était d’ordre politique avec l’inscription sur les bâtiments publics en 1888 de la devise « Liberté, égalité, fraternité » reprise par les Républicains. La liberté moderne concerne la vie privée, l’individualisme, l’indépendance.

Michel Winock note que la liberté et l’égalité relèvent immédiatement de la loi, pas la fraternité : « sa faiblesse est qu’elle ne ressort pas du domaine juridique » (p.307). En France, on a préféré la solidarité à la fraternité. Cependant pour Michel Winock : « il serait utile de redécouvrir celui des trois principes républicains qui nous permettra de vivre ensemble » (p.308). Il conclut : « Disons en pesant ces mots : fraternité ou barbarie ».

Chapitre 30  Un bilan

En faisant un bilan politique des différents dirigeants de la France, Michel Winock remarque que seuls Rocard, Mendès, de Gaulle ont incarné aux yeux des Français une certaine éthique du politique. Mitterrand « aura traîné sur ses pas la désillusion d’un peuple par manque de vertu civique » (p.319). Il note aussi « Mitterrand : un politicien au sens péjoratif du mot, tacticien de première force, il donne constamment l’impression que la seule chose à ses yeux est, après avoir conquis le pouvoir, d’en user comme un roi sans divertissement et de le conserver sans défaillance » (p.318). Toujours en recherchant les causes de la morosité des Français, il ajoute que Mitterrand aura « contribué à la démoralisation de la nation : si l’on veut entendre le mot dans les deux sens : l’atteinte au moral des Français et l’atteinte à la morale publique » (p.317). Il conclut : « De la monarchie paternaliste du Général de Gaulle à la monarchie avunculaire de François Mitterrand, les Français sont restés en marge de la démocratie républicaine. Pour combien de temps encore ? » (p.320)

 

C2: production écrite C2 : un sujet et une proposition de texte

Vendredi, 16 Octobre 2015 16:22 / Écrit par /
Sujet : 
Vous rédigez un article d'environ 500 mots pour la revue d'une association humanitaire.
Vous présentez en un texte structuré le problème des étrangers dans votre pays.
Vous pouvez développer certains de ces éléments : 
1.la place des immigrés dans la société 
2.les difficultés liées à l'immigration
3.les étrangers dans le monde professionnel 
4.les étrangers à l'école
5.les comportements ou propos racistes
Vous formulerez des propositions en vue d'un changement
des mentalités racistes et des pratiques discriminatoires. 
 
 
Proposition de texte : 
Les immigrés ont constitué un apport de main d'œuvre appréciable pour les pays en rapide développement industriel.
Ils ont répondu à des besoins urgents et dans l'urgence, on leur a construit des lieux d'habitation à la périphérie des villes ou à proximité des usines. 
 
Si l'on considère les grandes vagues migratoires qu'a connues l'Europe et l'Amérique au siècle dernier, on se rend bien compte que les déplacements se sont faits principalement pour des raisons économiques. Suite à de nombreux conflits armés, on assiste aujourd'hui à des déplacements pour des raisons plus sécuritaires. Il est vrai aussi que les gens immigrent toujours  pour échapper à la misère.
On peut se demander si en immigrant, ils ne changent pas de misère car les pays dits "d'accueil" n'ont justement pas de politique d'accueil. C'est pourquoi, d'ailleurs, la place des immigrés dans la société est mal définie. 
Les habitants des pays d'accueil, les autochtones, acceptent les étrangers dans la mesure où ils s'assimilent, c'est-à-dire s'intègrent totalement, deviennent identiques aux populations locales. Les immigrés les mieux tolérés sont évidemment les plus discrets, comme les Portugais qui n'ont pas une culture ou une religion différente des Français comme les Turcs ou les Algériens.
Mais  pourquoi faire abstraction de son identité et de son passé culturel ?
C'est un fait, les immigrés ont dans la société la place qu'on a bien voulu leur faire. 
Malheureusement, les immigrés ont bien souvent été "parqués" dans des quartiers, des ghettos, et se sont retrouvés en groupes ethniques alors qu'il aurait fallu leur permettre un accès au logement partout avec un seuil limite de 3% d'étrangers dans la population locale d'une zone. Ce seuil établi après enquêtes sociales, permet la réussite d'une bonne intégration. Il faut aussi éviter le cumul d'autres difficultés comme le chômage ou la violence, car l'immigration est déjà en elle-même très cruelle. Mais ne s'est-on jamais intéressé aux victimes de l'immigration ?   

C1: production orale C1

Jeudi, 08 Octobre 2015 17:01 / Écrit par /

pour préparer l'examen C1 !

 

Un sujet de production orale : 

"Pourquoi désire-t-on apprendre le français ?"

des conseils pour l'exposé, pour l'entretien :

http://www.francaisplus.com/index.php?option=com_k2&view=item&id=549:productionoraleb2&Itemid=83&lang=fr

 

D'autres exemples : 

cliquez ici...

cliquez ici..

 

Des astuces pour faire bonne impression : 

cliquez ici...

cliquez aussi ici ...

 

 

DALF: DALF : travailler l'argumentation

Samedi, 14 Mars 2015 17:41 / Écrit par /

Une unité de travail sur l'argumentation

pour s'entraîner, comprendre des opinions,

prendre position, approuver, réfuter...

à télécharger sur : 

cliquez ici ...

 

Avec un sujet de production écrite : 

 

Dans quelle mesure l’individualisme est-il un danger  pour la société ?

A. L'individualisme joue un rôle dans les sociétés modernes 

    1. L'individualisme est caractéristique des sociétés modernes 

    2. L'individualisme a provoqué une évolution des relations sociales 

    3. L'individualisme peut être facteur d'uniformisation des pratiques sociales 

B. La montée de l'individualisme représente une menace pour la société 

   1. La montée de l'individualisme affaiblit la solidarité et la civilité 

   2. La montée de l'individualisme fragilise psychologiquement les individus et   

       compromet ainsi leur intégration à la société 

  3. La montée de l'individualisme s'accompagne d'une montée des inégalités 

  4. La montée de l'individualisme menace la citoyenneté 

 

Pour répondre à cette question, il faut en premier lieu étudier la justification de la place de l’individualisme dans la société moderne, et en second lieu considérer les nuisances qu’il est susceptible d’engendrer au niveau de la cohésionsociale.
Rappelez-vous de la formule « L’enfer, c’est les autres. » : la conclusion de Jean-Paul Sartre à sa pièce Huis-clos. Le philosophe y annonce la vague d’individualisme qui va submerger les sociétés modernes au cours des années 1960.

Si la notion de « moi » est typique de l’être humain, il y a aussi la culture de groupe également propre à notre espèce. L’actuelle montée en puissance de l’individualisme bouleverse les rapports dont l’équilibre se maintenait depuis l’aube de la civilisation humaine. 

C2: n'hésitez pas à lire de la littérature !

Dimanche, 09 Mars 2014 19:07 / Écrit par /
LES MISÉRABLES    VICTOR HUGO    

Jean Valjean     Première lecture (texte facile)

Dans les premiers jours d'octobre 1815,
un homme qui voyage à pied entre dans la petite ville de Digne.
Les habitants regardent ce voyageur avec inquiétude.
Il est difficile de rencontrer un passant plus misérable.
C'est un homme de taille moyenne, dans la force de l'âge.
Il peut avoir quarante-six ou quarante-huit ans.
Une casquette de cuir cache en partie son visage.
Sa chemise jaune laisse voir sa poitrine, il a une cravate tordue,
un pantalon bleu usé, troué, une vieille blouse grise, sur le dos un sac,
à la main un énorme bâton, les pieds dans des souliers ferrés,
la tête tondue et la barbe longue.

        
Jean Valjean            Seconde lecture (texte original)
 
Dans les premiers jours du mois d'octobre 1815,
une heure environ avant le coucher du soleil,
un homme qui voyageait à pied entrait dans la petite ville de Digne.
Les rares habitants qui se trouvaient en ce moment à leurs fenêtres
ou sur le seuil de leurs maisons  regardaient ce voyageur avec une sorte d'inquiétude.
Il était difficile de rencontrer un passant d'un aspect plus misérable.
C'était un homme de moyenne taille, trapu et robuste, dans la force de l'âge.
Il pouvait avoir quarante-six ou quarante-huit ans.
Une casquette à visière de cuir rabattue cachait en partie son visage
brûlé par le soleil et le hâle et ruisselant de sueur.
Sa chemise de grosse toile jaune, rattachée au col par une petite ancre d'argent,
laissait voir sa poitrine velue, il avait une cravate tordue en corde,
un pantalon de coutil bleu, usé et râpé, blanc à un genou, troué à l'autre,
une vieille blouse grise en haillons, rapiécée à l'un des coudes d'un morceau de drap vert
cousu avec de la ficelle, sur le dos un sac de soldat fort plein, bien bouclé et tout neuf,
à la main un énorme bâton noueux, les pieds sans bas dans des souliers ferrés,
la tête tondue et la barbe longue.


mots:
1. Digne : ville de Haute-Provence
2. le hâle : l'air
3. le coutil : le tissu en fil ou en coton     

Citation :  à propos des Misérables, Victor Hugo (1802-1885) a écrit :
                " Ma conviction est que ce livre sera un des principaux sommets de mon         
                  oeuvre, sinon le principal de mon oeuvre."

C2: pour l'argumentation !

Dimanche, 26 Janvier 2014 17:08 / Écrit par /
DALF C2    POUR L'ARGUMENTATION  ORALE

  Pour le travail argumentatif à l'oral du DALF C2 et le débat
                 sur les générations : "conflits de générations"

  "Les jeunes parlent des anciens"
         "Les anciens parlent des jeunes"

Regardez les vidéos, notez les arguments et proposez les vôtres !

sur le site :
cliquez ici pour accéder au site ...
C2 TRAVAIL D’ARGUMENTATION

Les voeux d’Ariane Mnouchkine

apprendre à structurer sa pensée

avec la prise de notes avec une carte heuristique

et à débattre …

Des liens :
cliquez ici

cliquez ici

Le texte : 
« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,
À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.
Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ?
Je m’explique :
Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.
D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.
Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.
Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, un chantier colossal, pharaonique, himalayesque, inouï, surhumain parce que justement totalement humain. Le chantier des chantiers.
Ce chantier sur la palissade duquel, dès les élections passées, nos élus s’empressent d’apposer l’écriteau : “Chantier Interdit Au Public“
Je crois que j’ose parler de la démocratie.
Etre consultés de temps à autre ne suffit plus. Plus du tout. Déclarons-nous, tous, responsables de tout.
Entrons sur ce chantier. Pas besoin de violence. De cris, de rage. Pas besoin d’hostilité. Juste besoin de confiance. De regards. D’écoute. De constance.
L’Etat, en l’occurrence, c’est nous.
Ouvrons des laboratoires, ou rejoignons ceux, innombrables déjà, où, à tant de questions et de problèmes, des femmes et des hommes trouvent des réponses, imaginent et proposent des solutions qui ne demandent qu’à être expérimentées et mises en pratique, avec audace et prudence, avec confiance et exigence.
Ajoutons partout, à celles qui existent déjà, des petites zones libres.
Oui, de ces petits exemples courageux qui incitent au courage créatif.
Expérimentons, nous-mêmes, expérimentons, humblement, joyeusement et sans arrogance. Que l’échec soit notre professeur, pas notre censeur. Cent fois sur le métier remettons notre ouvrage. Scrutons nos éprouvettes minuscules ou nos alambics énormes afin de progresser concrètement dans notre recherche d’une meilleure société humaine. Car c’est du minuscule au cosmique que ce travail nous entrainera et entraine déjà ceux qui s’y confrontent. Comme les poètes qui savent qu’il faut, tantôt écrire une ode à la tomate ou à la soupe de congre, tantôt écrire Les Châtiments.  Sauver une herbe médicinale en Amazonie, garantir aux femmes la liberté, l’égalité, la vie souvent.
Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont  ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs.
Il faut qu’ils sachent que, ô merveille, ils ont une œuvre, faite de mille œuvres, à accomplir, ensemble, avec leurs enfants et les enfants de leurs enfants.
Disons-le, haut et fort, car, beaucoup d’entre eux ont entendu le contraire, et je crois, moi, que cela les désespère.
Quel plus riche héritage pouvons-nous léguer à nos enfants que la joie de savoir que la genèse n’est pas encore terminée et qu’elle leur appartient.
Qu’attendons-nous ? L’année 2014 ? La voici.

PS : Les deux poètes cités sont évidemment Pablo Neruda et Victor Hugo
Page 1 à 6

Quête

Calendrier

« Mars 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Le concept DELF-DALF

Pour le professeur de FLE et pour le candidat à l’examen ! Révisez les examens de DELF et DALF avec des ressources plaisantes et efficaces. Notre but : remettre le plaisir au coeur de l'apprentissage. Votre but : la réussite, bien sûr !

Préparation aux examens

DELF-DALF livres de préparation aux examens, e-books et compléments pédagogiques des Éditions FRANÇAIS PLUS www.francaisplus.com

les derniers messages


logo

Des livres : de préparation aux examens du DELF et DALF
Des valises pédagogiques : des compléments de travail complets comprenant les 4 épreuves d'examen (orales et écrites) pour le DELF et le DALF
Des nouveautés : un SERVICE LINGUISTIQUE
-Pour la Grèce: un livre pour les EXAMENS PANHELLÉNIQUES DE FRANÇAIS
Des rencontres et des rendez-vous à ne pas manquer !

Des idées : à retrouver sur le site de FRANÇAIS PLUS, pour la PRODUCTION ÉCRITE, pour la PRODUCTION ORALE

Pour préparer vos élèves aux EXAMENS DELF, DALF :
utilisez les VALISES PÉDAGOGIQUES (Bοîte verte : compléments pédagogiques ) des ÉDITIONS FRANÇAIS PLUS !