facebook twitter google plus

Travaux d’étudiants

travaux d’étudiants : B2 à vous de corriger cette production écrite !

Voilà le sujet qui était demandé  :

Sujet : Vous imaginez qu’un événement insolite vous est arrivé.
Racontez l’aventure au passé.
N’oubliez pas de faire part de vos impressions, sentiments…
Quelqu’un peut-il corriger cette production écrite s’il vous plaît ?


C’était un jour pas trop ordinaires ou nous avons déménagé a notre nouvelle maison après que je range et je m’installe dans ma chambre je part explorer les lieu c’était une maison conçu de deux étages et d’une cave, cette cave était sombre car il n’y a pas de lumière alor j’ai pris ma lampe de poche et je suis descendu explorer les lieu, mais rien de très mystérieux qu’une petit lumière obscur prévienne d’un trou qui servez autre fois au charbon , je me suis introduis dans ce lieu obscur et salle pour trouvé d’où vienne cette lumière après quelque minute je me suis arrêté car j’ai senti quelque chose qui me gène je me suis reculé et j’ai creusé un peux dans la poussière du charbon et j’ai retrouvé un stylo a bille je suis sorti et je l’ai bien essuyer c’était un très joli stylo avec un bonhomme dedans et qu’il a l’air d’un extraterrestre je me suis rappeler que j’avais trop de devoir a faire alors je suis remonté dans ma chambre j’ai essayé le stylo sa a pas marché je l’ai agité mais c’est la même chose  trop fatigué j’ai décidé de me reposé un peu avant de commencer mais je me suis endormi .
Le matin je me suis réveillé et je me suis rappelé des devoirs mais je ai pas retrouvez sur mon bureau mes cahier après une heure de recherche je les retrouvais dans mon cartable bien organisé bien fait très surpris j’aperçois qu’il est l’heure pour partir , après avoir eu des appréciation de mes professeur sur mes devoirs très bien fait je suis rentré pour la première fois en sourient à la maison mais j’avais toujours le choque sur ce qu’il m’ai passé.
Après 2 jours j’ai fais les même étape j’ai agité le stylo je me suis endormi je me suis surpris que les devoir son encore faits et rangé j’ai parlé a propos avec mon ami et il ma proposé de filmé ce qu’il ce passe pendant la nuit , on a placé une caméra devant le bureau j’ai agité le stylo et je me suis endormis , comme toujours tous et bien placé et rangé et fait j’ai pris la camera et je suis parti chez mon ami et on a mi en marche la caméra et voila la moment de réalité ,on a éclaté de rire la surprise c’était moi qui faisait éveiller la nuit mes exercices et après je me rendormais.

Travaux d’étudiants: pour le DELF A2 : les élections

Lundi, 29 Octobre 2012 15:14 / Écrit par /
votez pour moi !
Travaux d’étudiants sur les élections présidentielles A2 public scolaire
Des documents sur :
http://www.lespetitscitoyens.com/
http://www.curiosphere.tv/ressource/27817-politique-mode-demploi
http://www.cap-eveil.fr/quiz-pour-enfants/107-quiz-presidentielle-2012?id_quiz=48

Le travail écrit d’un élève sur le sujet :
« Présentez vos arguments pour être élu délégué de classe ! »
 
VOTEZ POUR MOI !
Parce que j’aide mes amis !
Je vais soutenir vos droits d’élèves auprès du directeur, des professeurs.
Je demande moins de devoirs.
Je demande plus d’heures de technologie et de sport !
Je demande moins d’examens !
Je vais demander plus d’excursion aux professeurs !
Je demande des salles de classe et des toilettes propres !
Je voudrais un nouveau terrain de football et de basket et de volley !
Je voudrais des récréations plus longues !
Je demande des cours de soutien gratuits pour aide les élèves en difficultés.
Je voudrais une nouvelle cantine.
Je suis gentil et je ne vole jamais mes copains !
 
05/05/2012, Hercule
Elle a écrit ce texte...
 
Souvent, je me pose la question : pourquoi la corruption existe-t-elle ?
Quand on entend ce mot-là, on pense immédiatement à l` abus de pouvoir. Désormais, la plupart des pays, particulièrement les pays sous-développés sont dirigés par un gouvernement qui nest pas  prêt à servir les besoins des citoyens. Dans le cas des Philippines, certains politiciens font leurs « projets de développement » en disant qu’ils ont pour but principal d’améliorer  les conditions de vie. Mais en faisant leurs projets , ils consacrent  un grand budget. Et puis, ils ne dépensent pas tout pour les réaliser. Au lieu d’être responsables, ils font leur travail politique en suivant leurs propres intérêts. Ils ne sont pas satisfaits avec leurs salaires et ils utilisent l’argent du peuple en dépensant pour leur style de vie fastueux.  C’est essentiel de souligner que la corruption est la cause principale d’inégalité dans la société. Imaginez qu’il y a de chefs d’Etat qui la dénoncent  mais ils vivent dans le luxe. D’autre part, sous  leur direction, la pauvreté continue gravement comme en témoigneen lesenfants de la  rue qui sont forcés de travailler ou le pourcentage de la population  qui souffre  de la faim augmente. Nous ne sommes qu’ affectés politiquement et économiquement. Ddu côté culturel, on la voit dans le système éducatif aussi, comme il y a des enseignants qui demandent  aux parents desétudiants de les payer en échange de melleures notes d’examens de leurs enfants. Un certain acte aussi dans mon pays existe : il y a des enseignants qui vendent des goûters et ils obligent leurs étudiants dde les acheter. D’après moi, ce phénomène commence au niveau-micro comme on tolère la valeur négative pour être gourmand de quelqu’un. Ce n’est pas seulement une question politique, mais aussi morale. C’est essentiel qu’on fasse la lutte contre la corruption en faisant une action collective au niveau national et international. Il y a a plusieurs programmes qui ont pour but de la stopper pour achever la justice et l’égalité dans les sociétés. En revanche, il faut qu’on n’oublie pas que le problème est comme un feu qui commence avec la flamme. En apprenant l’éducation morale dans la famille et dans le système éducatif, on peut contribuer à éviter la mentalité corrompue.  Globalement, il n’est pas facil de combattre la corruption , mais il faut définitivement faire un grand effort au « micro niveau » et internationalement.
Fernanda du Brésil
Ils ont répondu à la qustion : quel est votre point fort ?
 Genève 2012                      A. Matrahji
Texte : Daniela
L’égoïsme est mon point fort !?
Déjà au jardin d’enfants, toutes les maîtresses me réprimandaient pour mon comportement égoïste. Mes parents donc, étant braves chrétiens, me moralisait en citant  la Bible : « Aime tes prochains comme toi-même ! ». Mais j’étais assez précoce et insolente pour me dire « C’est bien alors, que d’abord je pense à moi-même avant de penser à mes copines et copains. Dans l’ordre inverse, ça ne marcherait pas ! »
Aujourd’hui je suis toujours égoïste. Mais une égoïste exceptionnelle, qui essaie se conduire dans un esprit altruiste. L’égoïsme et l’altruisme, vont-ils ensemble ? Oui, selon moi, leur mariage, c’est la clé qui pourrait apporter du bonheur, de l’amour et de la paix dans le monde. Je ne crois pas au sacrifice de soi pour rendre les autres heureux. Le sentiment de bonheur, c’est quelque chose à partager. Il faut que nous en soyons remplis, pour être un «porte-bonheur» pour les autres. Dans ce sens, je prends soin de mon bien-être et je fais de mon mieux pour me laisser bien aller.
Mais peut-être, ce n’est qu’une bonne excuse pour défendre mon comportement égoïste !?
 
Texte : Mike
La distraction a toujours été mon point fort. Beaucoup de gens sont prisonniers de la concentration. Une fois mis à une tâche, ils doivent s’y dédier sans répit jusqu’au final ou, au moins, jusqu’à l’heure du déjeuner. En revanche, j’ai reçu de la nature le don de pouvoir trouver des milliers de manières de me distraire utilement.
Cependant, comme tous les dons, j’ai dû travailler pour le perfectionner. Enfant je me suis bien amusé à l’école en observant les oiseaux par la fenêtre ou, tout simplement, en faisant avec mes doigts des dessins imaginaires sur le pupitre; néanmoins les professeur(e)s n’avaient pas beaucoup apprécié mes efforts.
Aujourd’hui, j’ai acquis toute une gamme de manières  pour tirer bénéfice de la distraction. Chez moi, j’ai un clavier à côté de mon bureau, ce qui me permet d’apprendre à jouer au lieu de faire les devoirs du cours. Au bureau, je suis toujours prêt à aider mes collègues à maintenir le moral par  des blagues et  en bavardant. En plus, au lieu de perde du temps en faisant ce qu’on m’a demandé, parfois il m’arrive d’aider le chef en trouvant une solution à un problème dont  personne n’ont pas encore imaginé l’existence.
 
Texte :
La distraction a toujours été mon point fort. Être distrait signifie beaucoup plus que juste perdre fréquemment  les clés de la maison, oublier  un rendez-vous important ou confondre  une date. Au contraire, la distraction est un état d’esprit difficile à atteindre. Une personne véritablement distraite fait de cette caractéristique une philosophie de vie, un art de vivre. Elle est, par exemple, capable d’entretenir une conversation en faisant  semblant d’être très attentive, quand en réalité elle n’a rien écouté et sa pensée s’est involontairement posée sur autre chose, qui l’a soudainement distraite, ou même parce qu’elle a commencé à rêver. Des rêves qui nous donnent envie de vivre.
Quelqu’un qui est distrait ne sait jamais où il laisse des objets importants (des documents, des clés, etc.) et il les retrouve dans les endroits les plus rares, comme le frigo ou le lave-linge. Cela montre une créativité incroyable et le développement d’une flexibilité positivement  inhabituelle à l’égard des paramètres de l’ordre.  Quand quelqu’un se désespère en cherchant le passeport disparu 10 minutes avant de partir à l’aéroport,  le distrait arrive à ne pas succomber à  la panique. Il sait que  probablement le document est rangé dans un endroit pas typique.
D’autre part, être distrait (et la désorganisation que cela entraîne) est une qualité qui peut aussi modifier la vie des autres d’une manière positive. C’est notamment le cas des personnes structurées. La rentrée dans leurs vies d’une portion de chaos que « le distrait » leur apporte, les aide à rendre flexible  leur conception rigide de l’ordre.
La distraction n’est que la qualité de quelqu’un de réflexif et rêveur, de quelqu’un qui a un grand monde intérieur. Evidemment elle est un don. Et un don rare.
 
Texte : Alan
Mon esprit de contrariété a toujours été mon point fort      
Mon esprit de contrariété a toujours été mon point fort.  C’était greffé dans mon ADN à ma naissance.  Un accouchement facile pour ma mère ?  Jamais !  Un enfant idéal ?   Pourquoi souhaiterais-je être comme cela ?
Cette malédiction me rend plus individuel ; depuis le début elle renforçait le besoin d’être plus indépendant, plus sûr de moi-même !  Pourquoi je n’accepte pas les  opinions des autres quand un défi sur leurs opinions est plus enrichissant pour eux et pour moi ?  C’est drôle d’être le seul démocrate à un Tea-Party, n’est pas ?
Mais attention ! L’esprit de contrariété demande de l’apprentissage et de la nourriture ; c’est une question à prendre ou à laisser.  Etrange, je me souviens d’un exposé de Powerpoint dissimulé parmi tous les employés de notre société concernant l’application du phénomène de 80/20.  Cela veut dire qu’on peut assimiler quatre-vingt pourcent de l’information dans un message en écoutant, ou en lisant, vingt pourcent du contenu.  C’était un conseil pour améliorer notre productivité.   On m’envoie vingt-cinq pages de Powerpoint.  Mais je me posais la question, « si ce phénomène est exact, pourquoi est-ce qu’on  m’a envoyé vingt-cinq pages au lieu de cinq ?  Et, si on m’en avait envoyé cinq, pourquoi pas un ? ».
Dans la même façon, il y a une affiche sur une porte d’Uni-Mail qui déclare « CETTE PORTE DOIT IMPERATIVEMENT RESTER FERMEE ».  Si cela reste le cas, comment est-ce que cette pauvre porte peut fonctionner ?  Quel rôle a-t-elle ?  Pourquoi existe-t-elle ?
Alors, un esprit de contrariété impose une lourde responsabilité !
 
Texte : Sylvia
L’amour a toujours été mon point fort. Je ne me rappelle pas d’avoir vaincu la bataille d’amour entre moi et mon ancien petit ami. Il me semble que la joie et l’angoisse aient bouleversé ma vie, ils sont devenus dangereux ! Evidemment, je n’ai pas su  en parler, ni jouer, ni penser à cause de cela.
Sans compter que c’était presque une magie d’avoir  compris sa manifestation dans mon cerveau. J’imaginais la plus belle  situation qui ne m’arriverait jamais. Cependant, je craignais que la pire situation puisse m’arriver et cela me force  à prendre toutes les décisions avec inquiétude.  Si l’amour était  à mes côtés, il  m’aurait   soutenu  comme les spectateurs d’un spectacle de foot.
Bien, puis que  je suis tombée amoureuse  d’un beau jeune homme  qui a  de belles manières  pour me rendre folle,  je faisais plutôt le jeu naturel des associations d’idées. Pour l’inquiétude, comme une saveur de jeunesse, flatter mon égo avec la validité d’être humain. Pour la sensualité qui exprime la balance pour la contrebalance, l’ange pour le démon, la drogue pour le poison. Je me disais que la vie est  un chantier pour avoir de belles  mémoires et de beaux souvenirs.
 
 
Texte  Alex
Je n’arrive pas à me concentrer plus de 10 minutes en faisant la même chose, ou en parlant sur un sujet en particulier, ou en écoutant quelqu’un. Je ne peux même pas écrire plus d’une idée … Je divague. En espagnol on dirait que «  je m’en vais par les branches », en français, que je tourne autour du pot ou que j’y vais par quatre chemins.
Et voilà ! Après avoir écrit le paragraphe précédent, pour lequel j’ai n’ai pas mis plus d’une minute, je me suis déjà promené dans mon petit appartement durant cinq, j’ai regardé par la fenêtre ce qui se passait en dehors (deux fois)  et j’ai bu un verre d’eau… Alors, je divague.
Divaguer, cela pourrait sonner bizarre, est un de mes points les plus forts. Que j’aie réussi à remplir ma vie de moments inoubliables et d’instants magnifiques ; que j’aie toujours été  entouré par des gens merveilleux et eu les conversations les plus intéressantes ; que je sois arrivé aux lieux aussi inouïs et venu à cette terre-ci également inespérée, n’est pas une question d’hasard. C’est simplement une question de divagation.
Divaguer, emprunté du bas latin divagari, « errer çà et là » veut dire, au figuré, s’écarter de la question dont on parle ou sur laquelle on écrit. En ce sens, il pourrait paraître que j’erre à travers la vie comme sans conscience, en absence de raison ou de pensée. Il n’y a rien de plus éloigné de la réalité. Pour moi, divaguer est une science qui doit être maîtrisée, un art qui doit être cultivé. Pour donner un exemple, dans un dialogue –qui souvent a plus de monologue puisque normalement on est en train de penser à une autre chose–  on doit se concentrer profondément pour  faire croire à son interlocuteur que ce qu’il  est en train de dire, est sérieusement important. On doit aussi avoir de l’imagination et de la vitesse de pensée, attraper ses derniers mots et tisser une histoire qu’on ne connait pas vraiment, bien qu’elle ait été dite il n’y a que quelques secondes. Donc, il y a un intense travail intellectuel dans le monde de la divagation.
Il s’agit aussi de fournir une forte dose de flexibilité à la propre vie, mais jamais d’incohérence, car, en allant par les branches, on retournera toujours au tronc  où, dans le pire des cas, au point de départ. Cette flexibilité devient un des principaux éléments qui permettent que, dans la vie, on puisse avoir toujours de surprises et arriver sur des lieux, les plus inespérés.
 
Texte : Milena
L’impatience a toujours été mon point fort.
Je n’en tire aucune gloire, c’est un don. Et c’est un don rare. Certes il y a beaucoup de gens anxieux, mais une authentique impatiente est une exception. Cela n’a rien à voir avec quelqu’un qui se tourne les pouces en attendant. L’impatiente, elle se ronge les ongles! Inutile de se procurer un coupe-ongles, ce sont ses dents qui s’occupent de cela.
Bien entendu, la ténacité et la persistance sont complètement inconnues à la nerveuse. Pourtant, elle sait en tirer parti: jamais elle ne dépensera de l’argent pour un abonnement au centre de sport. Elle n’a pas besoin d’un ami  qui la motiverait pour bouger d’où qu’elle soit. En revanche, son environnement profitera des espaces qui se libèrent après peu de temps.
Avoir la bougeotte est une véritable occupation qui demande du temps, de la coordination et de la prévoyance. Depuis environ vingt ans, les nouvelles technologies ont fortement facilité la vie des impatients. Grâce aux téléphones portables et à l’internet, les choses s’arrangent plus spontanément. Les gens sans repos souffrent de moins en moins du temps d’attente. Et même, l’impatiente trouvera toujours de quoi s’occuper!

Travaux d’étudiants: pour le DELF B2 se présenter

Lundi, 29 Octobre 2012 14:50 / Écrit par /
ils se sont présentés...

Travaux d’étudiants Genève 2012                                                                              A.Matrahji

Texte de Maria E.
 Je suis née à Armenia, en Colombie. De parents colombiens. Le destin a fait que mes parents se trouvaient là. Armenia est une petite ville, de la taille de Genève, entourée d’odeurs de café fraichement moulu et de nature abondante où tous les gens sont amis. Grâce à sa situation géographique, son climat est très stable, il fait beau et chaud toute l’année. L’hiver n’existe pas, ceci on le voit quand on regarde les visages des gens dans la rue, toujours souriants, toujours aimables. Comme dans les petites villes, il n’y a pas de problèmes de trafic, c’est pour cette raison qu’il n’y a pas de stress. Les «cuyabros» (comme les personnes nées à Armenia sont connues) sont connues pour être des personnes ouvertes, avec un bon sens de l’humour et un accent très particulier qui charme le reste du pays. Armenia est indiscutablement une des villes les plus visitées de Colombie grâce à son tourisme rural et à sa localisation stratégique au milieu des trois grandes villes du pays (Bogota, Cali et Medellin). Si vous avez l’opportunité de visiter la Colombie, n’oubliez pas de passer boire une bonne tasse de café en regardant un des plus joli paysage cafetier du monde, vous découvrirez pourquoi tous ceux qui ont visité cette ville, ma ville, ont envie d’y retourner.
 
Texte de Fernanda K.
Je suis née à Londrina au Brésil. De mère d’origine germano-espagnole et de père d’origine luso-libanaise. Naître à Londrina n’est jamais un hasard, mais c’est une “nouveauté” car c’est une ville de 74 ans. Fondée par les anglais qui l’ont appelée Londrina (Petite Londres) en hommage à Londres à cause du brouillard au petit matin.
Sa terre rouge et fertile attira l’attention des immigrés qui cherchaient une terre d’accueil, surtout les allemands, italiens et japonais. Les anciens racontent qu’ une fois que l’on a posé les pieds par terre et qu’ils se sont imprégnés de la couleur rouge vif de la terre, les pieds restent rouges à jamais.
Dans un passé très proche, Londrina était considérée comme la capitale mondiale du café. C’est à dire que c’est quand même un petit peu grâce à elle que chaque matin les gens pouvaient se réveiller avec un bon café. Si chaud en été, pourtant les plantations de cafés n’ont pas résisté à l’un de ses hivers rigoureux.
Londrina, toi qui ricoches entre le passé et l’avenir, toi qui construis des grattes ciels et qui continues  à vendre du “jus de canne-sucre” au coin des rues. Toi qui as su garder ton originalité et ta mixité, je t’aime pour tout ça et tu me manques.
 
Texte de Valeriya A.
La ville la plus ensoleillée du monde
Je suis née à Krasnodar, une belle ville du sud de la Russie et aussi  la capitale administrative de la région de Krasnodar (Kouban). Naître à Krasnodar n’est jamais un hasard. Krasnodar est, a toujours été, le soutien de tout le pays pendant les périodes très difficiles de l’histoire de la Russie et en même temps elle est et a été le garde-frontière principal de la Russie au Nord de la mer Noire. D’où que l’on vienne, on est chez soi à Krasnodar. Dans les rues, on croise des visages familiers, des odeurs familières, des endroits familiers. Krasnodar est familière. Dès le premier regard. C’est pour ça que j’aime cette ville, ma ville. Elle est belle pour cette familiarité qui est comme du pain à partager entre nous. Cette ville est intrépide comme tous les gens qui la protégeaient pendant la guerre et l’aidaient à récupérer après. Se développant constamment, Krasnodar est une ville magnifique toujours pleine de soleil, c’est une ville joviale et très hospitalière. Moscou est le cœur de la Russie, Krasnodar est son âme.
Je crois à ce que j’ai appris au Kouban et qui me colle à la peau : la diligence, le zèle, l’accueil, la tolérance, le respect de l’autre, l’amitié et la fidélité.
J’aime croire que – car j’ai été élevée ainsi – que toutes les portes sont ouvertes pour une ville aussi ouverte que Krasnodar. J’aime croire que ma ville a un grand futur devant elle et je suis fièvre de sa réussite.

Texte de Marta G.
Je suis née à Cittadella, une ville près de Padou, en Italie, je n’ai jamais vécu dans cette ville, je pense que ma cité est Padou. C’est une ville charmante et très intéressante, avec beaucoup d’histoire.  Padou est remarquable par la basilique Saint Antoine. Le 13 Juin, il y a l’anniversaire du  saint et beaucoup de pèlerins et de touristes arrivent pour la fête de la cité. La basilique de Saint Antoine est la plus grande église de la ville et il y a des peintures et des sculptures très belles.
En plus de la basilique, il y a une vieille université, établie depuis 1200. Cette institution est célèbre pour deux motifs: le premier, Galileo y a été professeur pendant 18 ans; le deuxième, Elena Lucrezia Cornaro Piscopia a été la première dame qui y a étudiée. Elle a obtenu un diplôme en philosophie. Je  pense que l’université a contribué à faire de Padou une cité internationale: aujourd’hui il y a beaucoup d’étudiants étrangers qui viennent dans la cité.
 
Texte de Mariana A.
Naître à Caracas
Je suis née à Caracas. Mes deux parents sont vénézuéliens et mes grands- parents sont aussi vénézuéliens. Caracas a toujours un air actif. Il y a beaucoup de mouvement et beaucoup de bruits. On la trouve aussi très dangereuse, mais, il faudrait y aller pour comprendre son charme. La montagne appelée “El Ávila” est toujours présente et devant elle, on a la plage. C’est vrai que le climat est très chaud mais on peut le dire aussi pour les gens ! La diversité de sa population en  est la responsable. C’est facile de trouver quelqu’un de père et mère étrangers, ou de mère étrangère et de père vénézuélien, nous sommes de différentes couleurs, de différentes nationalités, mais nous sommes tous les mêmes.
La ville de Caracas, si on a habité là, est toujours présente, n’importe où on aille.

Texte de Daniela A.
Ma ville Santa Cruz
Je suis née á Santa Cruz, Bolivie. De père et mère de la même région. Santa Cruz est la ville la plus grande et la plus peuplée de Bolivie. Le climat est tropical donc il fait généralement chaud. Avec une flore et une faune variées, Santa Cruz est riche en ressources naturelles. Elle dispose aussi de réserves forestières, qui permettent de l’appeler : “la ville avec le ciel le plus pur d’Amérique”. L’hospitalité, l’amitié, l’accueil, la tolérance sont des caractéristiques qui me font penser qu’il n’y a pas de ville comme ma ville.

Texte Anna S.
Je suis née dans la région de Moscou. De père russe et de mère russe. Quand j’étais petite, ma famille a déménagé à Moscou et mon enfance s’est  passée là-bas. C’est difficile de décrire Moscou. C’est une ville très paradoxale. C’est difficile à vivre mais c’est très dynamique et ici vous avez beaucoup de libertés personnelles. La liberté de choisir votre mode de vie et de trouver beaucoup d’opportunités pour vous réaliser. Si vous avez de l’énergie, ici, vous allez trouver votre chemin. Moscou est historique et culturelle. L’architecture russe, ancienne est différente des autres capitales d’Europe et monumentale. Le centre- ville est spacieux et beau.
Á Moscou, vous allez rencontrer beaucoup de gens intéressants, cultivés, amusants, ambitieux.
Mais il y a d’autres aspects de Moscou: les embouteillages sont énormes, la vie est chère, les gens sont fatigués, irrités et sombres…Le climat est dur à Moscou mais pourtant, ici, vous ne parlez pas de temps. Cela n’importe pas. Même en hiver, quand c’est moins trente,  vous avez beaucoup d’autres raisons de continuer à aimer et apprécier la vie.
 
Texte de Laura R.
Je suis née à Gjilan. De père albanais et de mère albanaise. Naître à Gjilan n’est jamais un hasard. Gjilan est, a toujours été, le refuge des peuples différents. D’où que l’on vienne, on est chez soi à Gjilan. Dans les rues on croise des visages jeunes, des odeurs simples. Gjilan est jeune. Dès le premier regard on sent son esprit fort. C’est pour ça que j’aime cette ville, ma ville. Elle est belle pour cette jeunesse, qui donne à ma ville un esprit vivant. Elle n’est belle que par jeunesse. Ella a souffert beaucoup à cause de nombreuses guerres, mais ma ville est forte, forte comme un tigre ! Je crois à ce que j’ai appris dans les rues de Gjilan, et qui me colle à la peau: l’hospitalité, la force, l’innocence, le respect de l’autre, la vivacité, la fidélité, cette qualité essentielle de l’amour.
Elle est encore une porte fermée, mais une porte qui va ouvrir très bientôt.

Texte : Dmitrii T.
Je suis né à Moscou. De père russe et de mère russe. Moscou est une ville de grands contrastes. Une promenade dans le centre- ville vous offre un spectacle d’une grande richesse et d’une misérable pauvreté. Peu importe votre moyen,  il y a toujours quelque chose vous pouvez admirer. A l’époque des Tzars, Moscou a été connu comme “Moscou ortettard” (златоглавая – gold head). Il y avait plus de 300 églises à Moscou. Malgré le fait que l’Union Soviétique ait été un état athée et plusieurs chefs d’état avaient comme mission de détruire les églises, ils en restent toujours de nombreuses. Les grandes « prospectes » (dans le sens de grandes rues) vous offrent des longes promenades avec la vue des bâtiments majestueux et des parcs interminables. Au contraire de Marseille décrite par monsieur Izzo, Moscou n’est pas une ville ou nous nous sentons chez nous. Il faut prendre le temps de découvrir Moscou. L’offre énorme des restaurants, cafés et de l’éventail  des spécialités de Russie et du Moyen-Orient vous invitent à gouter la richesse de la gastronomie et de l’ambiance russe. Vous verrez qu’avec la disparation de chaque vodka vous deviendriez de plus et plus proche de l’esprit de la Russie qui date de mille ans.
Moscou a beaucoup changé depuis les temps des écrivains du dix-neuvième siècle. Moscou, laquelle on voit aujourd’hui est indubitablement capitaliste. Les bars et les restaurants offrent un menu à une centaine d’euro pour un plat principal. Les voitures qui circulent dans les rues sont très chères. Cette culture, malheureusement, crée une ambiance exclusive. Nous voyons les traces de la politique corrompue dans l’injustice et l’absence d’égalité et de solidarité. Parfois c’est difficile pour moi de rester patriotique, mais Moscou c’est ma ville et comme pour tous les chauvinistes, il n’y a que moi qui a le droit de critiquer Moscou.
 
Texte de Yumiko T.
Je suis née à Hokkaido. De père japonais et mère japonaise comme beaucoup de Japonais. Naître à Hokkaido est un hasard. Hokkaido est, a toujours été une ville touristique, sportive. Et elle est une île entourée par l’océan Pacifique et la mer froide, qui se trouve au nord du Japon, c’est aussi une région agricole. Grâce à son avantage géographique, on profite des sports d’hiver et des fruits de mer. De plus, le climat de Hokkaido est différent des autres régions. De belles villes, il y en a plein au Japon. De bonnes récoltés, de bons repas locaux, des paysages magnifiques, il y en a plein le monde. Hokkaido, c’est ma culture dans ma vie. Ma première éducation dans ma vie. Et pourtant, j’ai grandi à Tokyo depuis l’âge de 9 ans. J’aime croire que Hokkaido ne séduit pas que les touristes japonais, mais également attire les étrangers.

Quête

Calendrier

« Juin 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Le concept DELF-DALF

Pour le professeur de FLE et pour le candidat à l’examen ! Révisez les examens de DELF et DALF avec des ressources plaisantes et efficaces. Notre but : remettre le plaisir au coeur de l'apprentissage. Votre but : la réussite, bien sûr !

Préparation aux examens

DELF-DALF livres de préparation aux examens, e-books et compléments pédagogiques des Éditions FRANÇAIS PLUS www.francaisplus.com

les derniers messages


logo

Des livres : de préparation aux examens du DELF et DALF
Des valises pédagogiques : des compléments de travail complets comprenant les 4 épreuves d'examen (orales et écrites) pour le DELF et le DALF
Des nouveautés : un SERVICE LINGUISTIQUE
-Pour la Grèce: un livre pour les EXAMENS PANHELLÉNIQUES DE FRANÇAIS
Des rencontres et des rendez-vous à ne pas manquer !

Des idées : à retrouver sur le site de FRANÇAIS PLUS, pour la PRODUCTION ÉCRITE, pour la PRODUCTION ORALE

Pour préparer vos élèves aux EXAMENS DELF, DALF :
utilisez les VALISES PÉDAGOGIQUES (Bοîte verte : compléments pédagogiques ) des ÉDITIONS FRANÇAIS PLUS !